Née sur la base d'une combinaison d'idées et de croyances (principalement bouddhisme, confucianis­­­­­me et taoïsme), devant exprimer l'esprit réformiste et nationaliste, le caodaïsme est présenté dans un grand nombre de documents, environ 300 publications. Ces documents sont rédigés en deux types d’écriture, le français et le quốc ngữ qui occupe une place prioritaire. En termes chronologiques et géographiques, la diffusion s’étend majoritaire entre 1926 et 1945, dans plusieurs provinces, comme Tây Ninh, Cần Thơ, Sa Đéc, Bến Tre, Mỹ Tho, Saigon dans le Sud et Hanoi dans le Nord du Vietnam, mais aussi à Paris. La ville de Saigon voit paraître le plus grand nombre de publications.

Tous les documents restant sur le caodaïsme, parus depuis la naissance officielle de cette religion en 1926 jusqu’en 1945, peuvent être divisés en six groupes :

Documents sur les temples : tels que Thánh thất Vũng Liêm (1928), Thánh thất Mỹ Tho (1928), Thánh thất Mỹ Tho: Thánh ngôn về chánh tà yếu lý (1931), Châu tri và chương trình: Toà thánh Tây Ninh (1928), Toà thánh Tây Ninh (1945), etc.

Documents administratifs, ou actes relatifs à la naissance ou au fonctionnement de la religion, ou des pratiquants comme Les sociétés secrètes en terre d’Annam par Geoges Coulet (1926), Bài diễn văn của Hộ Pháp Phạm Công Tắc đọc tại Toà thánh Tây Ninh của Phạm Công Tắc (1928), Lịch sử của quan phủ Ngô Văn Chiêu là người đã sáng lập đạo "Cao đài" 1878-1932 (1932), Điều lệ Cao đài thượng đế hội giáo (1928), etc.

Documentation sur l’enseignement de la doctrine, comprenant les aspects de base du caodaïsme ou des règles précises de la vie quotidienne, telles que :

L’ouvrage Pháp chánh truyền est publié après la cérémonie d’inauguration le 15 octobre 1926 à la pagode Gò Kén, village de Long Thành, Tây Ninh. Ce document, considéré comme la Constitution du caodaïsme, présente les rangs des dignitaires et fonctionnaires dans la religion afin de déterminer le nombre de personnes pour chaque rang, les prérogatives et responsabilités correspondant à chaque rang, les procédures de nomination et de promotion pour chaque rang, les règles concernant l’habillement des dignitaires et fonctionnaires.

Thánh ngôn hiệp tuyển (1927-1963) composé de 102 pages, est rédigé par des hauts dignitaires de l'association (Grand Prêtre Cao Quỳnh Cư, Protecteur Nguyễn Trung Hậu, Chef Enseignant Ngọc Lịch Nguyệt – alias Lê Văn Lịch). Il s’agit d’ une sélection des enseignements des dieux, , saints et bouddhas.

Sont aussi remarquables les ouvrages comme Đại đạo Tam kỳ Phổ độ Kinh (1926), Kinh cao đài (1928), Kinh cúng thứ thời thánh ngôn - cảm ứng - tang tế và cầu siêu (1929), Kinh nhựt thời (1932), Kệ nhựt thời (1932), Tam nguơn giác thế kinh (1932), Tam nguơn giác thế kinh (1932), etc.

En particulier, il est à noter un ensemble des documents réservés aux femmes et à la vie conjugale, par exemple : Thánh thất nhơn ái nữ phái: Tam tòng tứ đức luận (1930), Huấn nữ thánh ngôn (1931), Đạo mạch tri nguyên: Phu thê yếu luận  de Huê Chương (1929) etc.

Documents qui démontrent ou expliquent le syncrétisme du caodaïsme, tels que : Tam giáo đạo tổ hiệp nhứt lưu truyền (1928), Tiên phật hợp tâm (1932), etc.

Les publications liées à l'histoire de la création et des activités du caodaïsme sont en majorité en français. En 1948 et 1949 à Paris, Gabriel Gobron - écrivain et caodaïste pratiquant – a publié deux ouvrages sur l'histoire du caodaïsme, Histoire du caodaïsme et Histoire et Philosophie du Caodaïsme. G. Gobron y a analysé le rôle de la théologie dans la formation et le développement du caodaïsme. Il a également introduit la doctrine, les lois, les rituels, l’organisation de la religion. Selon lui, le bienfait du caodaïsme est de réunir les éléments, les vivants dans toutes les zones géographiques et les morts du passé pour préparer la renaissance dans le futur.

D’autres ouvrages notables sont : Cultes et religion l’Indochine annamite (1928) de Georges Coulet, Compte rendu de mandat de H. Marinetti, délégué au Conseil Supérieur des Colonies (1933), Etude sur le caodaïsme et ses dissidences en bilingue franco-vietnamienne (1940).

Parmi des documents en quốc ngữ, à noter : Đại đạo vấn đáp căn nguyên de Thái Thơ Thanh (1928), Cao Đài đàm: Quái giáo nghị de Đặng Thúc Liêng (1928), Nói chuyện đạo nước mình de Nguyễn Tư Thức (1929), Cái án đạo Cao Đài de Đào Trinh Nhất (1929), Cải án Cao Đài de Băng Thanh (1929), Đại đạo căn nguyên de Nguyễn Trung Hậu (1930), Chánh tà thiệt luận phản đối Cao - Đài đàm Quái - giáo nghị de Nguyễn Văn Kiết (1930).

Ces ressources sont très importantes pour les historiens qui étudient l'histoire de la pensée, de la vie religieuse et qui cherchent à apprendre, interpréter, évaluer l'histoire de cette religion. En particulier, deux publications, celle de Đào Trinh Nhất et cellede Băng Thanh, présentent deux opinions opposées. D’une part, Cái án đạo Cao Đài (1929) de Đào Trinh Nhất expose le processus de naissance, les doctrines et les pratiques du Caodaïsme, comme les activités de fuji (ou « écriture inspirée » par laquelle une divinité ou un esprit est censé guider avec différents objets l’écriture d’un texte révélé ou divinatoire dans du sable ou de la cendre d’encens) pratiquées par les fonctionnaires et menant à la naissance du caodaïsme. L’auteur considère le caodaïsme comme une hérésie, sans vues claires, qui montrait toujours la confusion dans les doctrines, les pratiques, ainsi que la structure organisationnelle. Par conséquent, il pense que le caodaïsme empêchera l’évolution culturelle, nuira aux activités folkloriques et creusera le fossé entre les classes sociales. Pour répondre à Đào Trinh Nhất, Băng Thanh publie Cải án Cao Đài. pour valoriser la synthèse des doctrines exprimées par le caodaïsme qui constitue, selon lui,  l’ aspect éthique et la signification profonde de cette religion.

En 1930, Nguyễn Trung Hậu publie Đại đạo căn nguyên, présentant en détails l’histoire du caodaïsme. L'auteur n’exprime explicitement pas son opinion par rapport au caodaïsme mais il décrit de façon précise les événements de la religion, de l’admission des disciples à la soumission, dans la déclaration d’initiation religieuse, au Gouvernement de Cochinchine, il rapporte également la cérémonie d’inauguration et l’événement démoniaque lors de la cérémonie, etc. C’est un ouvrage important sur l’histoire du caodaïsme depuis sa création jusqu'à l'époque où l'église a été transférée au Grand Temple de Tây Ninh en 1927.

Ainsi, les documents sur le caodaïsme avant 1945 au Vietnam fournissent des informations sur trois aspects de la religion, la foi (constituée de mythes, légendes, etc. d'êtres divins, ou les choses sacrées, miraculeuses), la pratique rituelle et les praticiens rituels de cette religion.

 

Publié en février 2021