Les documents sur le taoïsme sont majoritairement rédigés en français et en quốc ngữ. Mais, un certain nombre de textes composés en chinois et en nôm sont encore circulés à l’époque. En termes géographiques et chronologiques, les textes taoïstes sont apparus durant la période qui va de 1920 à 1945 en Cochinchine et au Tonkin (essentiellement à Hanoi).

Les publications, y compris les traductions, sur le taoïsme peuvent être divisées en 4 catégories :
 
1. Introduction des classiques : typiquement le Dao de jing paru à Saigon en 1928.
 
2. Interprétation et diffusion des écritures et des idées
 
Trần Trọng Kim a publié un ensemble d’articles sous le titre Đạo giáo dans les numéros 67, 68, 74, 75 (1923) de la revue Nam Phong. Dans cette série, Trần Trọng Kim a fait une interprétation simple de la doctrine de Lao Tseu contenue dans le Dao de jing (partie 1), puis a résumé les pensées de ses successeurs comme Lie Zi, Zhuang Zi (partie 2), et a présenté des variations du taoïsme postérieur sous la forme d’une religion féerique et d’une pratique spirituelle visant principalement l’immortalité dans la communauté taoïste à partir des dynasties Qin-Han (parties 3 et 4). Trần Trọng Kim a aussi souligné les effets négatifs du taoïsme sur la vie réelle des Vietnamiens.

Il existe également de nombreux autres ouvrages notables tels que l’ouvrage collectif Đạo giáo (1933), Toàn chân : triết luận de Nguyễn Duy Cần (1936), Lão Tử triết học khảo cứu de Ngô Tất Tố et Nguyễn Đức Tịnh (1942), Âm chất kinh : Văn Xương đế quân (1940), Kinh Thái thượng cảm ứng có diễn nghĩa (1933), Cửa Phật nhà tiên (1937), Tam giáo thiển đàm de Đoàn Thị Sâm (1938) Tam giáo đồng giáng trấp trung chân kinh (1941), etc.

3. Concept de « taoïsme »

L’étude des documents susmentionnés nous suggère deux façons de concevoir le « taoïsme ». Selon le point de vue de Trần Trọng Kim dans la partie 1 de Đạo giáo, le taoïsme est une philosophie. Mais le taoïsme est aussi décrit comme une religion dans Âm chất kinh : Văn Xương đế quân, Kinh Thái thượng cảm ứng có diễn nghĩa, Cửa Phật nhà tiên, ou Tam giáo thiển đàm, Tam giáo đồng giáng trấp trung chân kinh. Dans cette seconde conception, le taoïsme est défini comme un syncrétisme de croyances (entre croyances importées et croyances locales).

Ces deux perspectives sur le taoïsme s’opposent en effet dans ces trois ouvrages : Đạo giáo (1933), Toàn chân : triết luận (1936) et Lão Tử triết học khảo cứu (1942).

L’ouvrage Đạo giáo (1933) montre différentes opinions qui considèrent le taoïsme comme une religion. Il comprend 3 volumes : le volume 1 commente le Dao de jing de Lao Tseu ; le volume 2 présente le sutra Cảm ứng et les organisations taoïstes en Chine ; le volume 3 - le plus important - présente la cause de la maladie, les remèdes végétatifs.

Deux études Toàn chân : triết luận (1936) et Lão Tử triết học khảo cứu (1942) ont une dimension philosophique, notamment le seconde. Toàn chân : triết luận présente une vision plutôt subjective sur cette philosophie, tandis que Lão Tử triết học khảo cứu montre un point de vue objectif et tranchant dans la critique des arguments (comme la vision de la nature, sur la non-intervention) de Hồ Thích - un intellectuel chinois renommé à l’époque. L’auteur du seconde livre reproche également le caractère sophistique de la doctrine de Lao Tseu quand il distingue les deux notions de « la voie » et de « la vertu ».

Un des rares ouvrages liés au taoïsme en français est Les Sociétés secrètes en terre d’Annam de Georges Coulet, publié en 1926. L’auteur y a parlé non seulement des religions, mais il a fait aussi un sondage sur les activités des sociétés secrètes au Vietnam depuis les dernières années du XIXe siècle jusqu’à 1920. Il a donné de nombreux éléments qui témoignent de la présence de croyances mystiques et féeriques dans les activités de ces associations.

4. Œuvres littéraires d’inspiration taoïste

Enfin, à cette période paraissent de nombreuses publications sous forme de récits, ou de compositions littéraires sur des figures taoïstes comme Nam Hải thần tiên phật liệt truyện traduit par Trần Văn Hiệp, publié en 1935 ou Đạo sĩ de Khái Hưng, publié par Đời nay en 1944. (Voir Littérature)

 

Publié en février 2021