2350 périodiques sont recensés dans le Catalogue des périodiques vietnamiens édité par Jean-Claude Poitelon et Nguyen Tat Dac aux Editions de la Bibliothèque nationale en 1993. La BnF a entrepris une œuvre de conservation par micro-fichage et micro-filmage de certains journaux sans avoir, sauf erreur de ma part,  généralisé l’opération.

La presse indigène, particulièrement les journaux en quốc ngữ représente un trésor documentaire dont il faut prendre grand soin tout en en facilitant l’accès. En effet, pour les trouver il faut aller sur la rubrique « périodiques » du catalogue général et les chercher titre par titre, pourquoi ne pas les regrouper dans une seule et même section. Cette presse est apparue dès le début du XXe siècle, elle  a rapidement évolué, de son rôle d’information elle est passée progressivement, à celui de mobilisation de l’expression d’une opinion publique indigène (au sens étymologique du terme). Ces journaux illustrent les transformations de la société et de la culture vietnamienne ; ils sont porteurs des revendications et réalisations de la société civile. Ils sont les images et les expressions de la société vietnamienne qui fait son entrée dans la modernité au cours du XXe siècle. Dans une population en majorité analphabète, la lecture publique était une pratique courante.

Dans cette presse vietnamienne, il faut mentionner en particulier La Tribune indochinoise publié en français. La mention « Organe officiel du Parti constitutionnaliste indochinois » ne limitait pas son rayonnement à la seule Cochinchine ni son poids social et politique à la durée de la colonisation française.  Il exprimait les aspirations de la bourgeoisie évolutionnaire émergente. La durée de ce journal (1926-1942) le rend indispensable à l’analyse de la société vietnamienne moderne. La BnF a reconnu l’importance de La Tribune indochinoise puisqu'elle l’a fait microfilmer MICR D-347 et partiellement numériser.

Les Vietnamiens ont publié un autre journal très important en français, L’Écho annamite qui a paru de 1920 à 1928, et dont la reproduction numérisée est disponible sur Gallica.         

En quốc ngữ on peut distinguer trois catégories de journaux : la presse généraliste, celle qui manifeste l’intérêt pour les questions économiques et celle qui s’exprime dans le champ socio-culturel, elle est le média des écrivains, des scientifiques et des femmes. Les maisons d’édition indigènes étaient rares faute de capitaux, un certain nombre d’œuvres littéraires ont vu le jour en feuilletons dans la presse, d’ailleurs de nombreux écrivains vietnamiens écrivaient dans les journaux pour gagner leur vie et faire leurs premières armes.

Dans la première catégorie :

Dans la seconde catégorie:

Cette liste n’est pas exhaustive, des journaux publiés en province (à Faifoo, Longxuyen, à Laokay par exemple), d’autres spécifiquement portés sur les questions de l’agriculture,  notamment dans les années 1930 et 1940, ont été éphémères.

Dans la troisième catégorie :

  • Nam Phong Văn Học Khoa Học Tạp Chí, 1917-1934,  est une publication capitale pour l’histoire intellectuelle
  • Phong Hóa (1932-1936) et Ngày Nay (la cote MICR D-978 comporte des numéros parus entre 1935-1938  et la cote MFILM FOL JO 1815, 1939-1945) furent  porteurs des idées et des œuvres du groupe littéraire Tự Lực Văn Đoàn dont le programme et les activités s’étendaient au-delà de la littérature.

Pendant la seconde guerre mondiale, l’élite vietnamienne et l’opinion politique s’interrogeaient  et se préparaient à un changement marqué principalement par la fin des empires coloniaux et le retour de l’indépendance.  Dans  cette perspective, l’intelligentsia vietnamienne entreprit d’approfondir le passé et le patrimoine culturel en même temps que sa mise à jour en publiant Trí Tân de 1941 à 1945.  Tandis qu’un second groupe se montrait attentif aux problèmes présents de leur pays et réfléchissait aux solutions envisagées, ce groupe  publia Thanh Nghị de 1941 à 1945. La BnF possède des collections complètes de ces deux revues.  Elles sont enregistrées respectivement sous les cotes MICR D-994 et MICR D-970.

La vulgarisation scientifique fut portée par Khoa Học Tạp Chí (1923-1926) du Dr Trần Văn Đon et  par le savant Hòang Xuân Hản  qui publia le Báo Khoa Học (1942-1944), 

L’originalité voire la singularité de la presse en quốc ngữ est l’apparition d’une presse « féministe »au sens qu’elle est produite par des femmes et traite des problèmes de la femme  dans une perspective moderniste.

Les trois catégories de périodiques ne sont pas cloisonnées, leurs centres d’intérêt se chevauchent et dans le traitement de leurs sujets, les dimensions économiques, politiques et culturelles (enquête, analyse, opinion) sont toutes trois présentes.

 

Publié en février 2021