Jean de Fontaney, Joachim Bouvet, Jean-François Gerbillon, Louis Le Comte, Claude de Visdelou et Guy Tachard ont pour mission de gagner la Chine et de se mettre au service de l’empereur.

Comme la Chine était un pays dans lequel il était difficile de se rendre, les jésuites ont annoncé qu'ils partaient pour le Siam, ont débarqué sur cette terre et ont continué leur voyage séparément et à leurs risques et périls. Seul le père Tachard est resté au Siam, alors que les cinq autres ont pu gagner leur destination en 1687. L’empereur Kangxi (1654-1722) savait apprécier les compétences et s’entourer de jésuites instruits -mathématiciens, astronomes ou médecins-, qu’il protégeait en échange de services rendus. Le père Bouvet lui a enseigné l’astronomie et les mathématiques. Il a même écrit un livre sur la géométrie en mandchou, ainsi que des ouvrages présentant la Chine comme L'Estat présent de la Chine en figures. En 1693, l’empereur le charge d’aller chercher en France de nouveaux savants pour sa cour. Le père revient en 1698 avec huit nouveaux « mathématiciens du Roi », dont les pères Parrenin et Prémare. Ce dernier s’est distingué par sa connaissance de la culture chinoise, son intérêt pour la littérature de ce pays et ses travaux linguistiques.

 

Légende de l'image : Dame tartare mandarine du quatrième ordre. En habit de petit Esté, In L'Estat présent de la Chine en figures