Les tribulations polonaises du roi Stanislas

Stanislas nait en 1677, dans une puissante famille polonaise –les Leszczynski. Il reçoit une excellente éducation et épouse Catherine Opalinska, également issue de la grande noblesse.
Elu roi de Pologne en 1704, détrôné en 1709, il est contraint à l’exil et parcoure l’Europe, pour s’installer finalement à Wissembourg (Alsace) en 1720.
En 1733, déjà  beau-père de Louis XV, il se rend secrètement à Varsovie où il est de nouveau proclamé roi de Pologne. Confronté à une situation politique extrêmement complexe, il regagne la France. En 1737 un compromis est trouvé. Stanislas renonce définitivement au trône de Pologne, en échange du duché de Lorraine et du Bar.

Le philosophe bienfaisant

Grand amateur d’art et d’architecture, Stanislas entreprend de grands travaux au château de Lunéville – jardins, kiosques exotiques,  automates – tout cela embellit sa vie et celle de sa cour. Le Roi y reçoit les visites de philosophes (Voltaire, entre autres, en 1748), d’artistes, et d’hommes de lettres.
A Nancy, son architecte favori,  Emmanuel Heré, réalise un ensemble urbanistique splendide  composé de bâtiments et places dont la fameuse Place Stanislas.
Lui-même philosophe et écrivain, Stanislas fonde la Bibliothèque publique de Nancy, la Société Royale des Sciences et Belles Lettres, et le Collège Royal de Médecine.

Le père, le beau-père, le grand-père

Après le mariage de leur fille, Stanislas et Catherina Leszczynski résident à Chambord.  Après s’être établi à Nancy, roi Stanislas continue de voir sa fille à Versailles. Il ne sera jamais apprécié par son gendre, mais  demeurera proche de la reine Marie et de ses petits-enfants.
Le couple royal séjourne chez lui  à Lunéville en 1744 et « Mesdames” Adélaïde et Victoire, séjourneront quelques semaines chez leur grand-père en 1761 et 1762.

 

Légende de l'image : Portrait de Stanislas Leszczynski, par G. Dagoty le fils. 1770