Archéologie
Égypte

L’Expédition d’Égypte offre un point d’ancrage dans la construction de l’archéologie égyptienne qui se développe sous une forte influence française : déchiffrement des hiéroglyphes par Champollion, direction du Service des Antiquités de l’Égypte entre 1858 et 1952, création d’une école scientifique basée au Caire en 1880, le futur Institut français d’archéologie orientale.

Irak

1842 marque le début de l'aventure archéologique française en Iraq quand le Consul de France Paul-Emile Botta ouvrit le premier chantier de fouilles à Ninive. En 1843, il entreprenait la fouilles de Khorsabad qui permirent en 1847 la création du premir Musée Assyrien d'Occident.

Jordanie

La présence scientifique française sur le territoire de l’actuel royaume Hachémite de Jordanie remonte à 1828, date de l’exploration pionnière de Pétra par l’ingénieur L. M. Linant de Bellefonds et le jeune Léon de Laborde. Cette dernière est publiée en 1830 sous le titre Voyage de l’Arabie Pétrée.

Liban

Les sites majeurs du Liban n’ont jamais été oubliés. Toutefois, il faut attendre la seconde partie du 19e s. pour voir les véritables débuts de l’étude scientifique du pays, avec la mission de Phénicie dirigée par E. Renan, précédée par des voyageurs qui avaient rapporté des dessins, des récits, des photos et les premiers relevés et plans.

Palestine

Les premières fouilles scientifiques en Palestine furent initiées il y a plus de 150 ans par des savants français. En raison du statut particulier de la Terre sainte, l’archéologie y a toujours revêtu des enjeux spécifiques.

Syrie

C’est pendant la période du Mandat français que furent lancées les grandes missions archéologiques au Levant (Syrie-Liban) et que fut organisé le service des fouilles. René Dussaud en fut la cheville ouvrière et le grand organisateur tandis que revint à Henri Seyrig la réorganisation du Service des Antiquités puis la direction de l’Institut Français de Damas.

Palmyre

L’étude scientifique de Palmyre ne prit son essor que dans la seconde moitié du xixe siècle. C’est en effet à partir des années 1860, que les savants remplacèrent les aventuriers et commencèrent à venir à Palmyre pour y travailler.

Le trésor de Lattaquié

Le trésor de Lattaquié est un ensemble de monnaies d’argent du IIe s. av. J.-C. découvert en 1759 enterré dans un vase sur la côte syrienne, près de la ville de Lattaquié. Le nombre exacte de monnaies qu’il contenait n’est pas connu : probablement plus d’une centaine.